27 août 2017

Trois Contes de Flaubert

Nituti

Flaubert est un mauvais souvenir pour les derniers bacheliers et un auteur pompeux pour d'autres. Bon. Eh bien, lorsque j'ai commencé Trois Contes, j'ai extirpé de mon esprit tous ses apriori pour pouvoir découvrir et apprécier ma lecture comme il se doit. C'est un recueil que j'ai adoré pour de multiples raisons. Flaubert s'amuse et cela se ressent. Il écrit une nouvelle, un conte et une légende qui nous transportent de plus en plus loin dans le temps. Un cœur simple se situe dans son temps, au XIXe siècle, dans sa région qui est la Normandie (comme moi). La légende de Saint Julien L'Hospitalier se situe vers le Moyen Age mais le lieu reste secret. Hérodias comme son  nom l'indique se déroule pendant l'Antiquité. Toutefois, si j'ai adoré les deux premières histoires, je ne pourrais pas en dire autant de la dernière que je n'ai pas terminé.

C'est le livre parfait si vous souhaitez commencer à lire Flaubert. Les histoires font une cinquantaine de pages chacune. Les descriptions et les tournures de phrases ne sont pas alambiquées ce qui permet de nous immerger avec rapidité.

Un cœur simple

Félicité est une jeune femme lorsqu'on la rencontre pour la première fois au début de cette nouvelle. On va la suivre et la découvrir dans son environnement. Simple bonne, elle va se prendre d'affection pour les deux enfants de la maison et leur mère qui est loin d'être aimable ou agréable avec elle. Elle se satisfait de peu, et son cœur déborde d'amour pour tout et n'importe quoi. Sa candeur m'a touchée car elle ne s’aperçoit pas de l’acariâtreté de sa maîtresse ou de la vilenie du monde. Pour autant, sa fidélité n'aura de cesse. Elle sera présente toute sa vie. Pieuse, elle verra des apparitions de Dieu partout, même dans son beau perroquet.

Les descriptions sont puissantes. Elles nous emmènent dans l'univers de Félicité, nous fait regarder les scènes par ses yeux, par sa naïveté. Certains passages nous parlent de la mort ou de la religion avec beauté, j'en suis encore époustouflée.

La légende de Saint Julien L'hospitalier

Celui-ci est mon préféré des trois. Flaubert s'est inspiré d'un vitrail de la cathédrale de Rouen. C'est celui qui est représenté sur la couverture de mon édition. Cette petite anecdote est intéressante et c'est pour cette raison que je voulais vous la partager. En effet, en partant d'un rien, Flaubert construit une histoire digne des contes médiévaux. Il m'a un peu fait penser à Œdipe aussi, et je me demande s'il ne s'en est pas un peu inspiré. En tout cas, les scènes de chasse, la cruauté et la rédemption de Julien sont décrites avec minutie. J'ai été subjuguée par sa plume ! Je me demande pourquoi cette nouvelle n'est pas plus connue qu'Un cœur simple...

Hérodias

Après ces deux petits bijoux, je m'attendais à l'apothéose avec Hérodias. Je n'ai pas tout compris. On nous présente de nombreux noms de villes ou de personnages ce qui m'a perdu. De plus, je n'arrivais pas à saisir vers quoi se tourner l'intrigue et l'histoire. Sur 50 pages, cela ne pardonne pas. J'ai arrêté ma lecture, à regret, c'était inutile de la continuer si je ne suivais pas...


Et vous, avez-vous lu ce recueil? Où souhaitez-vous dorénavant?



INFORMATIONS

Vous pouvez trouver ce recueil dans diverses éditions, où en Ebook gratuitement. Je vous laisse le lien d'un site que j'apprécie pour ses propositions variées. S'ils sont gratuits c'est parce qu'ils sont aujourd'hui tombés dans le domaine public. Ce site m'avait été conseillé par l'une de mes professeurs de littérature.

Nituti / rédactrice passionnée

Étudiante de 21 ans en métiers du livre, je souhaite devenir libraire. Je suis passionnée par Doctor Who, Harry Potter, Alice au Pays des Merveilles, Disneyland, l'art et plein d'autres choses...

3 commentaires:

  1. J'avoue que je garde un très mauvais souvenir de notre ami Flaubert à cause de sa copine Madame Bovary. Aaaah les joies du lycée ^^. J'aime bien ce genre d'histoires alors pourquoi pas pour me réconcilier avec l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore lu d'autres œuvres de Flaubert, tout du moins pas en entier mais je les ai étudié (surtout en hypokhâgne).
      Oui ! Je te le conseille :D

      Supprimer
  2. Je l'ai dans ma bibliothèque depuis un certains temps maintenant mais je n'ai toujours pas sauter le pas, pourquoi ? Parce que j'attendais un article comme le tiens surement ! En effet, je n'avais jamais trouvé d'articles sur le sujet sur les blogs que je fréquente et puisque mon édition ne contient pas de résumé à l'arrière j'avais un peu peur. Merci pour ce jolie article :)

    RépondreSupprimer